J’ai entendu une petite histoire, un jour, au sujet d’un homme qui était, oh qu’il était pauvre. Et il—il avait toujours voulu… C’est une sorte de petit conte de fées. Mais je ne l’ai jamais oublié.

Un jour, il a cueilli une fleur. Et cette fleur était magique, et la fleur lui a parlé en ces mots : “Tu as été pauvre toute ta vie.” Elle a dit : “Maintenant, demande ce que tu voudras, et cela te sera accordé.”

Il a dit : “Que cette montagne là-bas s’ouvre, afin que je puisse y entrer et que je trouve l’or que renferme cette montagne.”

“Eh bien,” a-t-elle dit, “tu devras m’emmener avec toi partout où tu iras. Tu vois? Tu devras m’emmener avec toi. Et ainsi, partout où je serai, tu pourras me demander ce que tu voudras.”

Il a marché jusqu’à la montagne, la montagne s’est ouverte, et il y est entré. Les rebords étaient couverts d’or et de diamants, comme le raconte le petit conte de fées. Il a posé la fleur sur une—sur une table, ou un rocher. Il a couru saisir une énorme pierre précieuse, et il a dit : “Il faut que j’aille montrer ça à mes amis. Maintenant je suis un homme riche. Maintenant je possède tout. Il faut que j’aille montrer ça.”

Alors la fleur a parlé : “Mais”, a-t-elle dit, “tu as oublié l’essentiel.”

Il retourne donc en vitesse, il prend, il dit : “Eh bien, je vais—je vais prendre, disons, un morceau d’or. Je vais prendre un morceau d’argent.” Alors il a ajouté : “Je vais—je vais me dépêcher de sortir pour aller dire aux gens combien je suis riche, et tout ce que je possède.”

Il est arrivé à la porte, et la fleur a dit : “Mais tu as oublié l’essentiel.”

Alors, il y retourne de nouveau en vitesse. Il a dit : “On trouve ici toutes sortes de matériaux.” Il a donc ramassé une pierre. Il a dit : “Je prendrai cette pierre avec moi et j’irai montrer aux gens de quel genre de pierre est faite cette montagne, ainsi je pourrai retrouver mon chemin vers ce lieu.” Voyez?

Et comme il allait franchir la porte, la fleur a dit, pour une…la dernière fois : “Tu as oublié l’essentiel.”

“Oh,” il a dit, “oh, tais-toi!”

Voyez, il ne voulait plus entendre ça : “Oublié l’essentiel”, et il s’est empressé de passer la porte. Et quand il est sorti, la porte s’est refermée derrière lui, avec la fleur à l’intérieur. L’essentiel, c’était la fleur. Voyez? L’essentiel, c’était la fleur.

63-0601 – Viens, suis-Moi #94-102
Rev. William Marrion Branham

Article précédentWilliam Branham : « Il m’a donné un nom semblable à celui de grands hommes. »
Article suivantLe mot de passe

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici