Bon, la première chose, “les discours profanes, car ils se multiplieront”. Bon, tout ce qui n’est que de l’espèce de vieux…que du babillage, sans plus. La Bible dit, Jésus a dit : “Que votre oui soit oui, et que votre non soit non, car tout ce qu’on y ajoute mène au péché.”

Vous n’êtes même pas censés blaguer ni faire le pitre l’un avec l’autre. Dieu vous fera rendre compte de chaque parole vaine que vous aurez proférée. Saviez-vous ça? La Bible dit que vous devrez rendre compte de toute parole vaine. Alors, quelle sorte de gens devrions-nous être? Des gens qui sont francs, sérieux, pleins d’amour, gentils, jamais un déversement de sottises, toujours en train de…

Regardez. Prenez quelqu’un qui commence, aujourd’hui… J’ai remarqué que c’est mon cas, c’est dans ma nature, étant Irlandais; et, de toute manière, j’ai toujours beaucoup de salive quand il s’agit de faire le pitre et toutes sortes de singeries. Et de temps—de temps à autre, même ma femme me dit : “Allons, Bill!”

Je dis : “C’est vrai, chérie.” Elle dit, je joue avec les enfants, je dis, je fais le pitre avec eux ou quelque chose comme ça, je dis : “Eh bien, vous savez, il y a eu trois grands hommes qui sont sortis du Kentucky.

— Qui ça?

— Eh bien, Abraham Lincoln.

— Oui.

— Daniel Boone.

— Oui.

— Et votre père.” Quelque chose comme ça.

Elle me dit : “Allons, Bill, te voilà reparti.” Je suis obligé de me retirer dans le petit bureau, quelque part, et je dis : “Seigneur, pardonne-moi, je ne voulais pas dire ça. Fais quelque chose pour moi; fais que j’arrête de faire ça.” Voyez?

Et chaque jour, je, si je fais ça… Or, nous parlions du mot rétrograder, ce matin. Quand vous faites ça, vous êtes rétrograde. Oui monsieur! Vous devez vous repentir. Pas vrai? Bon, je ne dis pas que vous êtes retourné dans le monde et que vous avez fait ceci et cela, mais vous avez fait quelque chose. Vous devez vous repentir et mourir journellement, pour vivre en Jésus-Christ. Donc, chaque, — journellement, — chaque jour, vous devez mourir chaque jour, pour vivre en Jésus-Christ.

Quand je fais quelque chose — et il m’arrive souvent de mal agir. Je suis quelque part, et quelqu’un dit telle ou telle chose, et je me permets une petite plaisanterie à ce sujet. Quelqu’un dit… Pas une plaisanterie de mauvais goût; en effet, je ne crois pas que les Chrétiens font des plaisanteries grossières. Non monsieur! Non monsieur! Ce n’est même pas digne de Chrétiens, dit la Bible. Il y est dit de repousser les choses profanes de ce genre, les plaisanteries, les blagues et ce genre de chose. Non, les Chrétiens ne racontent pas ces choses-là; les Chrétiens ont des pensées pures.

Mais si on ne fait pas attention, de temps en temps, là, un homme, il fera une petite plaisanterie aujourd’hui. Eh bien, il pensait qu’il n’y avait pas vraiment de mal à ça, alors il laisse passer, il n’y pense plus. Le lendemain, on fait deux petites plaisanteries. Et tout d’un coup, on fait quelque chose d’autre. Et voilà, ça mène tout droit dans le même vieux système de nouveau. Pas vrai? Tenez-vous loin de cette affaire-là. Fuyez ça! Et évitez ce babillage profane.

Vous avez entendu quelqu’un qui arrive… Je vais juste vous donner un petit exemple. “Madame Doe, savez-vous quoi? J’ai vu votre mari. Et je vais vous dire une chose. Pourtant il est diacre.” Voyez? Alors…

Bon, ce que j’en pense, dites : “Je ne veux rien entendre!” C’est ça, et continuez votre chemin. Vous n’aurez pas à répéter ça bien des fois, pour qu’ils arrêtent. C’est vrai.

“Oh, sais-tu quoi, sœur? Je vais te raconter ce qui est arrivé au frère.” Pas seulement la sœur, mais le frère aussi. Voyez?

“Frère, je vais te raconter ce qui est arrivé. Tu sais, si seulement on pouvait se débarrasser de ce prédicateur, si on pouvait faire ceci, ou se débarrasser de ce diacre, ou si on pouvait faire ceci.” Oh-oh! Il faut vraiment—vraiment—vraiment fuir cette affaire-là.

Il y a une petite chose qu’il serait bon, à mon avis, que vous placiez quelque part sur votre bureau, c’est une petite chose que j’ai vue en Floride, il n’y a pas longtemps. C’était trois petits singes. L’un d’eux s’était couvert les yeux avec ses mains, il disait : “Ne vois pas le mal.” L’autre s’était mis les doigts dans les oreilles, il disait : “N’écoute pas le mal.” Et l’autre s’était couvert la bouche avec sa main, il disait : “Ne dis pas le mal.” Je trouve que c’est bien, n’est-ce pas? Oui monsieur! Oh! la la! C’est très bien.

Gardez simplement vos pensées pures et centrées sur Christ. Vous ne pouvez pas vous contenter de dire : “Mais, bon…” Là, vous voyez, si vous ne faites pas attention, vous vous retrouverez dans une situation, si vous continuez à penser comme ça… N’allez pas—n’allez pas penser que… Allons, vous ne pouvez pas mener une vie tellement parfaite que vous ne ferez pas cette erreur-là. Allons, n’allez jamais penser que vous arriverez à ça un jour, parce que non, vous n’y arriverez pas. Non monsieur! Vous n’êtes pas exempts de péché, il est certain que vous tomberez dans leur erreur, de ce côté-ci et de ce côté-là.

54-0103E – Questions et réponses 2 #137-146
Rev. William Marrion Branham

Article précédentFuyez l’apparence même du mal
Article suivantSaint de Dieu, ne te décourage jamais, car Dieu n’est pas ingrat pour oublier ton travail d’amour

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici