Eh bien, Dieu disait à Moïse et à Aaron, comme ils étaient prophète et sacrificateur (Moïse, le prophète; Aaron, le sacrificateur), Il disait : «Eh bien, je veux que vous alliez prendre une génisse, une jeune génisse qui est d’une seule couleur, une seule couleur pure : le rouge.»

Nous pensons toujours au rouge comme étant… Le rouge représente le danger. Le rouge signifie effectivement le danger, ou la vie, ou autre chose.

Mais le rouge dans les Écritures représente la rédemption par le sang. Ra hab la prostituée, quand elle a fait descendre le fil cramoisi… et tout au long de la Bible, il y a un fil cramoisi.

La rédemption vient par le rouge, par l’effusion du sang. Et sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon des péchés.

Et comment Dieu a dit d’aller prendre cette génisse totalement rousse, sans une tache de quoi que ce soit, mais parfaitement rousse.

Car Dieu regardait à travers le rouge. Et savez-vous ce que le rouge devient quand on le regarde à travers le rouge?

Le rouge regardé à travers le rouge devient blanc. Essayez-le une fois. Le rouge regardé à travers le rouge produit le blanc.

Ainsi, quand Dieu nous regarde à travers le Sang de Jésus-Christ, nous qui sommes cramoisis de péché et couverts du Sang, Il nous voit blancs comme neige.

«Même si vos péchés sont rouges comme cramoisi, ils seront blancs comme neige.»

Quand Dieu regarde à travers le sang, Il ne vous voit plus comme un pécheur. Il vous voit racheté. Amen.

Vous êtes racheté, parce qu’Il vous voit toujours à travers Christ. C’est pourquoi nous pouvons être parfaits. Pas parfaits dans le sens de « sans péché », nous sommes parfaits aux yeux de Dieu, quand nous sommes en Christ.

C’est pourquoi Il a dit : «Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.»

Dans Hébreux chapitre 10, Paul essaie d’expliquer que la loi, qui possède une ombre des biens à venir et non l’exacte représentation des choses, ne pouvait jamais amener l’assistant à la perfection, parce que Dieu regardait à travers le sang de l’animal.

Mais maintenant, Il regarde à travers le Sang de Son Fils. La perfection vient par Jésus-Christ.

Eh bien, je ne suis pas parfait à vos yeux. Il se peut que vous ne soyez pas parfait à mes yeux. Mais qu’en est-il aux yeux de Dieu? Voilà où se situe la chose.

Et si vous êtes né de nouveau dans le Corps de Christ, alors Dieu vous voit tout aussi parfait que Christ l’était. Amen.

Il n’y a rien que vous puissiez faire ; ce n’est pas par des œuvres que vous pouvez accomplir, pas du tout. C’est par la grâce que Dieu vous a fait cette offre, et si vous avez accepté cela, aux yeux de Dieu, vous êtes parfait, racheté, lavé dans le Sang de l’Agneau, sans faute, sans défaut, sans tache. N’est-ce pas merveilleux?

Je me demandais souvent ce qui n’allait pas dans l’Eglise chrétienne ; ils ont très peur des choses. Eh bien, vous n’avez rien à craindre.

Pratiquement, la première Parole que Jésus a prononcée après la résurrection, c’est : « N’ayez pas peur. » Voyez, n’ayez pas peur. Ne soyez pas effrayés. Il n’y aura rien. Rien ne peut arriver.

Rien ne peut déranger un chrétien. Amen. Même pas la mort elle-même ne peut toucher un chrétien : « Celui qui entend Mes Paroles et qui croit à Celui qui M’a envoyé, a la Vie Eternelle, et il ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. » Amen.

La mort elle-même ne domine pas sur un chrétien. Christ est mort à notre place. Amen. Quel merveilleux… Quelle–quelle foi devrait édifier dans les gens, quelque chose qui obéira.

Vous n’obtiendrez rien en étant un petit chrétien méduse. Absolument pas. Avez-vous déjà vu une méduse ? Frappez-la, et elle éclabousse tout sur tout.

Voyez? Une méduse, vous savez qui les mangent généralement? Les crabes et les choses qui sont le long du rivage, et ceux-ci s’amènent avec leurs pinces, ils la coupent en deux et l’emportent, car la méduse reste simplement sur place.

Frère, nous avons besoin des chrétiens, pas de méduses, mais des gens qui ont une colonne vertébrale (c’est vrai), qui résistent.

Oh! Je ne veux pas dire se quereller avec des gens, mais prendre position pour les droits que Dieu vous a donnés, pour lesquels Christ est mort.

Certainement. Pas se laisser marcher sur les pieds, on ne doit pas se laisser marcher sur les pieds. Non, monsieur. Nous avons un–nous avons un héritage. Amen.

Et notre héritage nous appartient. Et c’est votre droit de posséder tout ce que vous avez hérité, en acceptant Jésus-Christ et en mourant à vous-même. Comme c’est merveilleux! Oui, monsieur.

Satan a dit : «Eh bien, je vais vous dire ce que je vais faire.»

«Non, tu ne feras rien.» C’est ainsi qu’il faut lui répondre.

Dites : «Je connais ma position en Christ, et tu ferais tout aussi mieux de t’en aller. Je ne vais plus t’écouter. J’ai un héritage.»

55-0121 – Les eaux de sépraration #13-15
Rév. William Marrion Branham

Article précédent« Celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes »
Article suivantUn mystérieux signe de naissance de William Branham

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici